Hello Lisa, peux-tu te présenter brièvement?

Alors, j’ai 28 ans et je viens de la région de Ciney. J’ai passé mon enfance dans un petit village perdu dans le Condroz avec pour seuls voisins des vaches, des poules, une usine à grain qui fait du trafic de lait passé minuit et les machines agricoles du garage familial. Mon père m’y a transmis sa grande passion: se salir les mains et les ruiner à grands coups de travaux manuels. J’ai déménagé à Bruxelles l’année de mes 20 ans, pour faire des études de cinéma et je squatte d’ailleurs toujours les plateaux de tournage dès que j’en ai l’occasion.

Quelle est ton expérience dans le métier?

J’ai découvert le monde de l’événementiel pendant mes études supérieures. Mes colocataires de l'époque m’ayant recrutée dans un asbl qui faisait de la promotion d’artistes locaux, j’ai d’abord découvert la scène du côté des artistes et des manageurs. J’étais chargée de l’accueil artistes et de la com. En parallèle, j’ai trouvé un job d’étudiant dans le même secteur, histoire de payer le minerval exorbitant des écoles d’art. J’ai commencé par surveiller des places de parking, entre autres postes divers et variés allant de l'hôtesse souriante à la main d’œuvre de bar. J’ai appris la technique sur le tas, en posant des questions et en observant. Il a fallu un peu de temps pour prouver que malgré mon gabarit de croustibat, je suis une vraie pile électrique et qu’au final, je pense être surtout efficace dans les moments de rush où il faut courir dans tous les sens et trouver des solutions à des problèmes de dernière minute en un temps record, parce que clairement je ne fais pas partie des gens calmes et je ne dormais déjà pas beaucoup de toute façon. J’ai toujours eu besoin de gigoter pas mal. Du coup, j’adore travailler sur des changements de plateau ou en régie de terrain, parce que ça bouge tout le temps et qu’on rencontre tout le temps de nouveaux amis de galère.

Qu'aimes-tu particulièrement dans ton job?

J’aime que mon métier soit physique, j’adore rentrer crevée chez moi, au moins j’ai vraiment l’impression d’avoir travaillé! J’aime mes collègues surtout, je ne pense pas que beaucoup de gens ont la chance de rire autant que nous sur une journée de travail. C’est ma deuxième famille maintenant, et même si par périodes je les vois vraiment trop parce que je vis pratiquement à Forest National, dans les mois creux, je dois bien avouer qu’ils me manquent.

Peux-tu nous raconter une anecdote marquante ayant eu lieu sur un de tes jobs?

Quand j’étais régisseuse arts de rue à Esperanzah, le dernier jour, je me suis retrouvée toute seule pour gérer le son et la lumière dans le chapiteau. Comme je devais vraiment courir pour le coup, pendant le dernier show, j’ai glissé sur une planche à roulettes et je me suis étalée bien comme il faut. Je n’avais pas le temps d’avoir mal, donc j’ai continué sur ma lancée et j’ai apporté le micro au jongleur. Je n’avais pas remarqué qu’en fait j’avais la main en sang, celle qui tenait le micro évidement. Ça a affolé un bénévole qui a appelé la Croix-Rouge sans m’en informer. Ils sont arrivés en nombre, persuadés que j’avais limite perdu la moitié de mes doigts, alors qu’en fait ce n’était qu’une égratignure! Ils m’ont demandé de simuler quelque chose de plus grave pour justifier leur déplacement et continuer de donner une image rassurante au public. On en a fait des tonnes. Tout ça pour un pansement ridicule. C’était drôle. Ce qu’il faut savoir, c’est que deux jours plus tôt, pendant le spectacle de lancer de couteaux, on avait abrégé le spectacle par un noir brutal pour que le public ne remarque pas qu’un des artistes avait planté son collègue par inadvertance et que du coup, quand on appelait du chapiteau, tout le monde était immédiatement persuadé du pire. Et le public lui, n’y avait vu que du feu.

Et qu'est-ce que Step in Live représente pour toi?

Ce sont les premiers à m’avoir réellement donné ma chance dans le milieu dans un domaine clairement technique avant tout, alors que moi-même en me voyant je n’aurais pas parié sur moi. Je leur en suis vraiment reconnaissante parce que depuis j’ai eu l’occasion d’évoluer dans ce milieu dans des postes qui m’interessaient et j’ai appris énormément de mes collègues de chez Step in. Me dépasser et parvenir à tenir sur la longueur au début m’a beaucoup apporté d’un point de vue personnel, car c’était clairement le genre de travail que je rêvais de faire mais où je peinais à convaincre l’employeur, au point que j’avais fini par douter un peu. Maintenant ça fait quelques années que je peux dire que c’est mon métier, mes métiers, parce que, depuis, je me suis lancé quelques défis entre le scaff, le rigging et la régie, et quand je vois que je tiens toujours le coup, j’en suis quand même un petit peu fière, haha.

our
Crew

Assistant catering

Backliner

Cherry-picker driver

Crew chief

Event coordinator

Followspot operator

Forklift driver

Manuscopic driver

Pre-shopping

Production man

Rigger

Runner

Preproduction

Security coordinator

Site coordinator

Stagehand

Stagehand steel

Stage manager

Light technician

Sound technician

Tour manager

Wardrobe

Over the years we have been able to built up an experienced and qualified crew for all of the aspects of your event: from the start to the finish they will put up and break down tents, lights, soundmaterial, stages and much more.

Our crew is formed by us and all the forklifters, cherrydrivers and more have obtained their driving licenses.

We also have several insurances for our crew, which is rare in this sector. They are insured on the way from and to work, for the duration of the work and they even have a liability insurance.

Want to join us ? This way

Interested in working with us?

Fill out the form and we will contact you as soon as possible!

Status*
Resume* (*.pdf,*.doc,*.docx,*.odt,*.jpg)
Photo ID* (*.jpg,*.png)

our roads
Portraits